Les sites de rencontre sont aujourd’hui l’un des moyens les plus courants de trouver l’amour. Des centaines d’utilisateurs connectés peuvent se vanter d’avoir rencontré l’amour de leur vie sur ces sites. L’un des sites les plus plébiscités par les internautes a malheureusement dû fermer sa rubrique rencontre, laissant des centaines de célibataires dans le désarroi. Découvrez-en un peu plus sur la fin de Vivastreet.

Le site de rencontre Vivastreet

Vivastreet est un site de petites annonces appartenant à la société DV International. Il est disponible dans plusieurs pays européens et américains. Vivastreet propose diverses rubriques dans lesquelles les internautes ont la possibilité de passer ou répondre à des annonces. Il y a notamment des rubriques comme “Animaux”, “Véhicules” ou encore “Équipements”. Mais évidemment, sur Vivastreet, le site de rencontre était la rubrique la plus plébiscitée avant sa fermeture.

Le déclin du site de rencontre Vivastreet

À partir de 2016, des plaintes furent portées contre Vivastreet. En effet, certaines des annonces passées dans la rubrique “Rencontre” étaient soupçonnées de ne pas être conformes à la loi. Il y avait deux sous-rubriques, Erotica et Erotica Gay dans lesquelles les annonces illégales auraient été publiées. Ces plaintes ont donné lieu à l’ouverture d’une information judiciaire pour proxénétisme aggravé contre Mr X.

Le Mouvement Nid qui est à l’origine de ces plaintes a pour but de lutter contre la prostitution. Certaines des annonces effectuées dans ces rubriques auraient été faites par des mineures qui proposaient des faveurs sexuelles.

D’autres annonces étaient effectuées par des personnes ayant atteint la majorité sexuelle. Même si ces annonces ne sous-entendaient pas explicitement un échange monétaire en contrepartie de ces faveurs sexuelles, elles n’en restent pas moins problématiques. Elles pourraient même faire l’apologie de la prostitution et du proxénétisme.

L’épilogue du site de rencontre Vivastreet

À la suite des plaintes et de l’ouverture de l’information judiciaire, le site Vivastreet s’est vu dans l’obligation de suspendre sa rubrique Rencontre. Le site publia une note afin d’informer ses utilisateurs de la suspension de cette rubrique. Il a en l’occurrence exprimé son regret d’avoir failli à sa mission. Certains internautes malveillants ont réussi malgré son contrôle à faire un usage inapproprié de sa rubrique. Le site conclut en montrant que la suppression de la rubrique Rencontre est l’un des moyens les plus efficaces d’empêcher son détournement à des fins illégales.

Une enquête judiciaire fut alors ouverte sur la question en 2017. Le quotidien Le Monde avait publié dans un de leurs articles certains résultats de leurs investigations. En effet, il en est ressorti que 40 à 50 % des revenus de la plateforme Vivastreet provenaient de ces annonces d'”escorting”. Cela correspond à un montant compris entre 11 et 21 millions d’euros.

La suspension de cette rubrique a fait des heureux. Les responsables du mouvement Nid ont même conclu que nous étions à l’orée d’une nouvelle ère qui mettait en péril les actions des proxénètes du web. Cette affaire a également attiré l’attention des internautes sur la fiabilité des sites de rencontre qu’ils consultent. Elle amène les utilisateurs à faire preuve de vigilance afin de ne pas encourager ce genre de cas d’exploitation humaine.